Rechercher

Superstition et paradigme scientifique

Après la version David et Goliath, je vous propose la version Laurel et Hardy! De la confrontation à la collaboration!




Quand on parle du nombre 13, les personnes superstitieuses se sentent mal à l’aise sans pouvoir vraiment l’expliquer. Qu’est ce qu’une croyance populaire, une superstition si ce n’est une réalité subtile qui ne s’explique pas mais qui se ressens pour une partie de la population.

Si tout le monde le sentais, alors cela deviendrait un sujet d’étude et nous aurions de plus en plus de compréhension du phénomène.

Les scientifiques ne le ressentent pas encore donc ils n’étudient pas ces réalités subtiles, à l’exception de quelques courageux? Si on ne le ressent pas, cela n’existe pas! Comme dirait un scientifique de l’ancien monde! Dans le nouveau monde, les scientifiques seront des anthropologues, des sociologues, des philosophes car pour eux la science ne sera jamais séparée de la conscience.

La physique quantique nous montre aujourd’hui que l’expérimentateur influence l’expérience. Les conclusions sont faciles à faire, l’intention, l’état d’esprit, l’attitude de l’expérimentateur doivent donc aussi être pris en compte et étudiés pour faire une recherche complète. Les alchimistes le disent depuis toujours, c’est le cœur de ce qui les différencie des chimistes ordinaires! Donc comment prétendre comprendre un phénomène qui touche la conscience, qui touche l’humain, qui touche la moralité, l’éthique, la philosophie sans explorer ces aspects?!

La science de la Kabbale étudie la réalité subtile des nombres qui sont aussi en résonance avec la construction de l’univers. On peut dire que cette science explore les mathématiques divines qui ordonnent le monde, les lois de l’architecture invisible qui sous tendent la création. Elle part du principe qu’il existe une analogie entre les réalités divines, spirituelles et physiques matérielles.

Pour mieux comprendre la science des correspondances, on pourrait parler d’une expression involontaire assez intéressante chez l’humain, la synesthésie. Ces personnes perçoivent un ou plusieurs liens entre les différents sens: une couleur peut devenir un nombre, un parfum, un son et vis et versa.

Ces liens montrent qu’il y a une correspondance entre les nombres, les formes géométriques, les couleurs, les sons. Ces éléments sensoriels ont des effets sur le psychisme de l’être humain qui ne sont pas nécessairement perceptibles consciemment par tous les humains mais qui les affectent tout de même.

Prenons l’exemple de la pleine lune. Est ce une superstition que ce contexte astronomique influence le psychisme humain? Y a-t-il des faits, des statistiques sur l’accentuation de comportements ou de phénomènes? Bien sûr que oui mais notre paradigme scientifique collectif empêche que nous puissions en tirer des conclusions utiles pour la vie humaine.

Prenons un autre exemple, le cycle féminin. Ce contexte hormonal a t’il une influence sur le psychisme de la femme? Bien sûr que oui mais notre paradigme scientifique collectif empêche que nous puissions tirer des conclusions utiles dans nos interactions. Je me répète pour bien montrer comment le paradigme qui construit notre compréhension du monde, ce qui veut dire notre système de croyance, n