Rechercher

Les deux frères, un petit conte sur la reconnaissance de la valeur sacrée


Cain et Abel, Sebastiano Ricci

Un homme avait deux fils et il avait toujours préféré le cadet. L’ainé le sentait dans la manière dont il le regardait avec tendresse et affection.


Il développa un sentiment de jalousie de plus en grand qui le poussait à faire des misères à son frère. Il encouragea même les autres garçons de la bande à le mépriser et à le rejeter. Étonnamment, il ne réagissait pas dans la confrontation et semblait lui pardonner ses attaques sournoises.


Un jour le fils cadet tomba malade et dans sa maladie, perdit la vue. C’était le drame pour lui et pour leur père qui avait tellement d’espoir envers ce fils. L’aîné avait réussi à évincer son frère et se réjouissait de l’amour et des espoirs de son père qui allait lui revenir.


Il n’en fut rien. Cela entraîna plutôt pour leur père une grande dépression qui eut raison de lui et il mourut. Le fils aîné se senti responsable de prendre la situation en main pour sa mère veuve et ses frères. Il se sentait aussi un peu coupable d’avoir souhaité la maladie de son frère avec ses conséquences.


Son frère continuait à ne pas lui en vouloir et même à lui demander son aide lorsqu’il en avait besoin. Il était si vulnérable et en même temps si courageux de lui demander de l’aide avec tant d’humilité...! Cela le toucha profondément. Comment pouvait-il ne pas lui en vouloir?!


À partir de ce moment, il décida de l’aider sincèrement du mieux qu’il le pouvait. Une chose étrange arriva quand il l’aidait. Bien que son frère ne voyait pas, il semblait cependant voir ou percevoir des choses sur les personnes ou les évènements à venir qui s’avèrent toujours exacts. Le frère aîné n’en revenait pas. Comment faisait-il ? Était-ce cela que son père avait vu en lui? Mais chose plus étonnante encore, plus il l’aidait et l’assistait dans ses besoins plus cette étonnante capacité de perception se développait en lui.


Petit à petit il commença à mieux percevoir les êtres autour de lui et leurs réelles intentions. Il sentait aussi de plus en plus comment les choses allaient évoluer. Il en avait des pressentiments.


Puis un jour, en utilisant ces nouvelles facultés, il se rendit compte combien son frère était reconnaissant de son aide et avait à son égard une grande considération. Cela était véritablement incompréhensible pour lui.


Après tout ce qui s’était passé, il se confia à lui et voulu comprendre pourquoi il avait cet amour envers lui malgré tout. Son frère, alors, lui partagea une bouleversante révélation. Depuis toujours il avait vu en lui une grande force d’intelligence. Mais cette force ne pouvait prendre toute sa dimension qu’avec le développement de la compassion.


L’intelligence sans la compassion entraîne toujours l’envie, la jalousie, la méchanceté, la volonté de domination, l’exclusion, la critique, le jugement. Mais quand la compassion se développe, elle permet que cette intelligence soit mise au service des autres et puisse montrer et démontrer la valeur des qualités du cœur qui sans elle ne pourraient être reconnues et respectées.


Le frère cadet lui expliqua que malgré son amour et sa compassion qu’il avait depuis toujours, il n’aurait jamais pu transmettre cette compréhension sans son aide. Cela devait passer par lui. Il fallait que quelqu’un soit assez courageux pour faire ce cheminement et accepter d’ouvrir son cœur afin de comprendre la puissance de l’amour ayant d’emblée une grande force d’intelligence.


Depuis ce jour le frère aîné défend et protège son frère cadet, vient toujours lui demander des conseils et avec toutes les expériences qu’il a eu et qu’il a vécu lui même, est capable expliquer à tous ceux qui cherchent sincèrement la puissance des vertus du cœur.

3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

©2020 par Institut IRESOI. Créé avec Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now