Rechercher

capitalisme religieux, athéisme marxiste et la véritable démocratie



Lorsque l’on regarde le radicalisme politique d’aujourd’hui, on est obligé de remarquer cette profonde fracture entre un courant de droite, plus ou moins modérément capitaliste chrétien prônant les valeurs du travail et de l’entreprenariat et un courant de gauche, plus ou moins modérément marxiste athée prônant les valeurs de la lutte des classes et du soin des diversités culturelles et des plus démunis.


Ne trouvez vous pas là un paradoxe? Il est symptomatique d’un déni, d’un refus tout à fait compréhensible dans l’humain de regarder cette dualité intérieure.


Pourquoi? Et bien, parce que la seule manière de confronter cette dualité intérieure étant de s’engager consciemment sur le chemin de la conscience personnelle et collective, nous préférons choisir une voie paradoxale, évitant cet engagement difficile et sans retour.

Il y a dans cet engagement, une perte définitive de notre logique personnelle, de notre vision du monde centrée sur nous mêmes. C’est bel et bien un saut quantique, une véritable condamnation à mort de l’égo à terme et donc l’annonce de la naissance en nous d’un nouveau paradigme. Ce changement fondamental est profondément déconcertant et peut à juste titre effrayer les êtres.


Cependant, comme beaucoup de choses, ce passage arrive à un moment donné de l’existence où les plaisirs et les satisfactions de la vie n’ayant pu pleinement nous apporter la plénitude que nous cherchions, un élan surgit à l’intérieur de nous et appelle à aller plus loin, même si cela doit impliquer des changements radicaux, un lâcher prise sur des avantages, des privilèges, des possessions, des satisfactions, etc...


Cette vision politique a été clairement énoncée il y a 2000 ans dans un langage adapté à l’époque donc plus subjectif mais comme le chemin est difficile on préfère choisir des alternatives qui ne proposent que des demi solutions : soit le capitalisme avec la valorisation des castes sociales tout en valorisant la foi en une autorité supérieure, ce qui revient à dire un modèle vertical et hiérarchique, patriarcal ou alors la lutte contre le capitalisme et les castes sociales mais aussi l’abolition de la foi, ce qui revient à dire un modèle horizontal, démocratique, matriarcal.


Qu’enseigne le Christ et tous les sages et les maîtres qui sont venus aider les humains à retrouver leur connexion intérieure avec leur être essentiel? Que l’être humain porte en lui une double nature aussi bien verticalement, entre la chair et l’esprit ou le corps et l’âme, qu’horizontalement, entre le côté masculin et le côté féminin.


Le modèle politique comme toute chose qui concerne l’être humain doit prendre en considération cette nature double et penser les problèmes et les solutions avec la vision de cette structure fondamentale.

L’idéologie capitaliste est le fait de considérer l’argent comme un but en soi, c’est à dire la satisfaction des désirs. Un modèle socio-politique constructif est un modèle qui a contrario encourage la maîtrise des désirs afin qu’ils ne viennent pas détruire l’ordre et l’équilibre social pour le bien de tous. Ceci définit merveilleusement le rôle de l’état, du gouvernement. Il joue un rôle éducatif d’accompagnement des consciences humaines pour permettre une maturation et une émancipation de l’être et son épanouissement. C’est un rôle parental de mise en application de principes philosophiques fondamentaux dans l’accompagnement d’une collectivité.


Croire à fonctionnement démocratique qui ne prendrait pas en considération la hiérarchie de la conscience, c’est à dire le fait qu’au sein d’une communauté, les êtres n’ont pas le même niveau de maîtrise de leurs désirs, serait une grande erreur et en fait nivèlerait le fonctionnement social par le bas.


Cette compréhension est justement ce qui doit devenir démocratique, porté par toutes les consciences et non pas seulement par une élite pseudo spirituelle voulant garder ses privilèges. Nous devons tous reconnaître que nous avons une double nature, et que si nous n’y prenons pas garde, nos tendances instinctives viendront saboter nos meilleurs intentions pour l’ensemble.


Forts de cette compréhension, mettons en place des modèles de fonctionnement nous protégeant les uns les autres de nos tendances limitantes et sabotantes et encourageant nos meilleures qualités. Ce modèle fera se révéler la valeur profonde des êtres et nous sentant reconnus les uns les autres pour ce que nous portons et offrons, il devra possible de laisser les plus vertueux de nous assumer les responsabilités les plus lourdes. Il sera facile de leurs faire confiance car ils auront démontré au travers de leur comportement, leur sacrifice, leur dévouement, leur don de soi, leur sagesse et leur intelligence.


On peut penser à ce passage biblique du jeune homme riche qui demande à Jesus ce qu’il faut faire pour accéder à la vie éternelle, ayant déjà respecté toutes les lois de Moïse. Jesus lui dit de vendre tous ses biens, de les donner aux pauvres et ensuite de le suivre. Il comprend alors que ce que Jésus lui demandait était trop difficile pour lui et s’en retourne tout triste.


C’est une merveilleuse histoire pour illustrer que lorsque nous sommes mis clairement devant ce qui est à faire pour obtenir telle ou telle chose, jouer tel ou tel rôle, il devient plus évident de voir où nous nous trouvons et ce que nous avons réellement envie de faire.


Si cette conscience devient pleinement démocratique, comme la lecture et l’écriture aujourd’hui, ce qui est une avancée inouïe ô combien sous estimée, lorsque l’on regarde l’histoire de l’humanité, alors l’ordre social pourra apparaître et nous offrir tous ses bienfaits, en terme de bonheur, de confort, d’harmonie, d’apprentissage, de reconnaissance et de paix.

4 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout